Mobile - immobile

Le voyage est inévitable pour se former et se confronter à la réalité construite du monde. Le voyage est fondamental par la route et la pensée, mobile et immobile, intérieur et sur la Terre, afin de naviguer au gré des souvenirs et être à l’écoute de la résonance que le monde a en soi. Le voyage est indispensable pour rencontrer un site physique et sensible. Le voyage est irremplaçable pour faire la connaissance des hommes qui y vivent avec leurs usages, leurs histoires, leurs ressources et leurs savoirs.

Ouvrage au paysage

L’établissement humain laisse une trace physique et culturelle dans un paysage. Tantôt signe pour jalonner, renseigner et accompagner, tantôt disparition pour s’effacer face au site qui l’accueille, il est l’ouvrage artificiel qui se distingue par essence de la nature. L’Homme comme d’autres animaux utilise les matériaux à sa disposition et les dispose avec un ordre géométrique qui contraste ou dans une logique organique en symbiose, pour faire de cette installation le lieu d’une expérience au monde. Chaque projet oscille entre deux sphères: celle du voile sensible, subjectif et personnel, et celle de la présence de l’univers, de sa réalité physique et rationnelle. Il est l’occasion chaque fois renouvelée de les mettre en résonance ici et maintenant.

Création partagée

La dimension sociale de notre discipline est universelle. Avec le désir de partager, à l’atelier puis de façon élargie, chaque projet est l’occasion de transformer un acte concret, nécessaire en acte social, de culture. L’aventure d’un projet est avant tout humaine et le partage dans la création, comme dans l’enseignement ou le conseil, est une démarche volontaire. La multiplicité des regards portés sur le monde et sur les projets est un enrichissement, mutuel. Par itérations, dans des maquettes réelles ou virtuelles, chaque projet fabrique une histoire commune, provoque le rapprochement et la rencontre d’hommes de mains et d’esprit.

Facture des choses

Chaque matière est capable de porter en elle la mémoire et le travail de ceux qui l’ont pensée et mise en œuvre, de figer tout autant des richesses matérielles et immatérielles. La « magie » des chantiers nous rappelle tous les jours que l’architecte est aussi facteur d’espaces, au sens artisanal. Avec bienveillance, les novations de matérialités recherchées sont des « inventions mesurées », capables de valoriser une singularité située, une force de présence concrète, physique, ornementale. Une « vraie qualité de chose », fabriquée, architecturée pour l’occasion.

Sens et usages

Chaque construction abrite une vie nouvelle, au service des besoins fondamentaux de l’Homme. A partir de programmes, construits dans leur temps, leur civilisation, l’architecte ordonne ces données objectives en espaces subjectifs, sensibles. Plus qu’une réponse rationnelle, des familles de pièces permettant de rythmer la vie.

Émotion des lieux

Intimité, partage. L’architecture donne à lire au travers sa plus simple expression un rapport au monde. Avec le mur, le toit, l’ouverture, il s’agit d’abriter la vie, de « faire lieu ». Les lieux invitent à une recherche d’atmosphère spécifique, localisée. L’émotion des sens est autant convoquée que la réponse technique, le non mesurable autant que le mesurable. L’architecte fabrique des espaces immersifs. Autant visibles que ressentis ils véhiculent une dimension mystique et poétique propre.

atelier png
contact@png.archi
42 av. Dugueyt Jouvin 38500 Voiron
tél. +33 (0)4 76 31 67 26
12 rue Bourgon 75013 Paris
tél. +33 (0)1 42 39 94 64
Direction de projet : AHA
Design graphique & développement : passages […] & cslash
Textes, visuels et photographies : atelier png
mardi 20 octobre 2020

"Il vaut mieux un matériau brut, mais qui raconte une histoire, qu'un travail riche et dénué de sens. La plus grande gloire d'un bâtiment ne dépend pas de sa pierre ou de son or, mais du fait qu'il est lié au sentiment profond d'une expression." John Ruskin (1819-1900)

John Ruskin dans les années 1880.
dimanche 13 septembre 2020

"L'architecture répond aux besoins de l'homme en quête d'une protection contre les intempéries et contre les multiples dangers auxquels il est exposé quand, sans demeure, il est confronté à la nature. Ainsi semble-t-elle jouer dans l'existence de l'homme un rôle bien modeste, celui d'un "art fonctionnel", qui satisfait à des exigences pratiques sous une forme agréable. Il faut attendre que les souhaits des hommes dépassent les limites de la seule nécessité pratique, et qu'un surplus d'aisance appelle le luxe, pour que l'architecture se manifeste à un niveau plus élevé et révèle sa propre identité. Moins étroitement liée aux nécessités, elle semble alors se présenter à nous véritablement comme un art. [...] Comme tout art, l'architecture doit plonger ses racines dans l'être intégral de l'homme, dans ce qui fonde son rapport au monde et sa conscience de sa propre valeur." Bruno Taut, Une Couronne pour la ville, 1919

Bruno Taut, une Couronne pour la ville
mercredi 01 janvier 2020

"Je n'écris pas, je construis." Alvar Aalto

La Maison Louis Carré, 1960
dimanche 03 septembre 2017

« L’homme est peuplé de nuages qui le connaissent depuis l’enfance. » Jean Orizet

Emile Aillaud devant la maquette du premier projet
lundi 08 décembre 2014

Le voile et la présence, ici et maintenant, entrer en résonance. "Le motif est quelque chose de secondaire, ce que je veux reproduire, c’est ce qu’il y a entre le motif et moi " MONET, Claude. Lettre à Gaston Bernheim-Jeune

"Nymphéas, Soleil couchant", Claude Monet, 1914-1926
dimanche 10 août 2014

"un lien indéfectible, de coeur à l'ouvrage". « Mais la beauté ou la trivialité d’un matériau n’ont guère d’intérêt en soi. La chose qui importe, c’est ce qu’on en fait. » Pierre SOULAGES. Écrits et propos, textes recueillis par Jean-Michel Le Lannou. Paris, Editions Hermann, 2009

soulages03.jpg
Vitraux de l'abbatiale Sainte Foy, Pierre Soulages, 1994, Conques 
soulages06.jpg
Invention du verre "dévitrifié", 1989, Pierre Soulages, Cirva, Saint-Gobain 
soulages04.jpg
Vitraux de l'abbatiale Sainte Foy, Pierre Soulages, 1994, Conques 
1
/
3
lundi 10 septembre 2012

"un lieu à part, intérioriser pour accueillir le monde"

"Plight", Joseph Beuys, 1985
mardi 10 avril 2012

"outiller les bois, au plus près du forestier" candidature pour un équipement forestier.

"Organic Highway", Mikael Hansen, 1995